Je me fous complètement de ton titre


Je partage ici une petite tranche de vie . Je vais tenter d’en faire une histoire courte ,promis.

Ceux qui me connaissent , connaissent aussi mon parcours scolaire “non-traditionnel”. Non,je n’ai pas de DEC en poche car je n’ai pas terminé mon Cégep avant d’entrer à l’Université.


J’étais complètement perdue à 18 ans et je ne savais pas ce que j’aimais, quelles étaient mes forces et mes faiblesses, j’ignorais à peu près tout de ma propre identité. Je souhaitais seulement «fitter» dans ce fameux moule. À l’âge où l’on commence à se faire demander quel métier on veut occuper pour le reste de nos jours, on est encore des gamins si vous voulez mon avis. Tant mieux pour ceux qui, depuis l’âge de 5 ans savent qu’ils veulent être médecin, professeur ou pompier, toutes de nobles professions.


Mais en vérité, je suis convaincue de ne pas être la seule à ne pas savoir quelle option est vraiment la meilleure pour moi. Le bonheur? La réussite professionnelle? Le statut? La sécurité?


Après m’être longtemps fait venter les grandes vertues de l’importance de prendre le chemin emprunté par la grande majorité de notre société soit ; avoir de bonnes notes pour entrer dans une bonne école, trouver un bon job pour être prêt à acheter une maison et y accueillir des enfants.


Bien que ce chemin puisse convenir à plusieurs et il en est parfait ainsi, moi il ne m’a jamais interpellé. Il me foutait la pression. Non pas parce que j’avais de la difficulté à l’école, j’ai toujours eu d’excellents résultats académiques. Seulement, je n’avais aucunement la motivation d’apprendre des choses qui ne m’intéressaient pas . Normal non? J’ai donc quitté les études pour partir à la découverte de la «vraie» vie, ou en tout cas un avant-goût de ce que ça pouvait être. J’ai trouvé du travail, jonglé souvent entre deux ou trois horaires. J’ai cherché, trouvé et abandonné des passes-temps qui sont devenus des passions pour retomber aux oubliettes. Je me suis plantée quelques fois. Je me suis relevée. J’ai économisé, appris à bien gérer mon argent. Même si mes parents voulaient m’offrir leur aide, j’ai voulu assumer toutes mes dépenses du moment que j’en étais capable. Mes chers parents qui m’ont bien heureusement appris que dans la vie il n’Y A PAS de sous-métier et qu’il ne fallait pas juger les gens sur le poste qu’ils occupent. (thanks mom and dad pour cette belle valeur parmi tant d’autres)


Car je peux vous jurer que durant ma jeune carrière sur le marché du travail, il m’est souvent arrivé de me faire demander par des clients dans quel domaine j’étudiais, et moi de répondre que je prenais une pause des bancs d’école pour savoir ce que je voulais faire du reste de ma vie. On m’a souvent regardé comme si j’étais une moins que rien, avec dégoût.

Outch l’estime personnelle !

À ce moment-là,c’était difficile à accepter pour la petite fille insécure que j’étais. Merci à tous ceux qui ont osé me regarder de haut, c’est grâce à vous si désormais je ne me laisse plus abattre par l’opinion de gens qui ignorent tout de moi.


Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir exploré d’autres chemins. Fière d’être qui je suis , une fille intelligente avec une maudite bonne tête sur les épaules. Aujourd’hui, je suis étudiante à l’Université , oui à temps partiel parce que c’est mon choix, celui de prendre mon temps et de continuer d’assumer mes dépenses et maintenir un rythme de vie qui me convient et dans lequel je suis bien.

Aujourd’hui, même si je n’ai aucune idée de ce que l’avenir me réserve, j’apprend à avoir confiance et être patiente. Mon chemin à moi se dessine tranquillement et un peu plus clairement de jour en jour. Même si en cours de route j’ai connu des échecs et qu’il m’est souvent arrivé de paniquer, j’ai toujours fini par me mettre en “mode-solution” pour arriver à mes fins.


Bref, tout ceci pour dire que, c’est correcte de se perdre, c’est correcte aussi de prendre du temps de recul pour analyser la situation et trouver le chemin qui te convient personnellement. Le tien, unique comme tu es, peu importe ce que tu as envie de faire, tant que tu es heureux. Et non, tu n’es pas obligé d’avoir des diplômes impressionnants en main si ce n’est pas TES ambitions. Sois la personne que tu as envie d’être, respectes-toi dans tes choix. Tu es plein de potentiel pour te réaliser dans ce qui t’allumes dans la vie.


Ne laisses jamais quoi que ce soit ou quiconque te faire douter de ce que tu peux accomplir.


Ok j’ai fini.


En espérant avoir apaisé d’autres petites âmes perdues comme la mienne.

Parfois les bons mots au bon moment, ça fait du bien.

© 2020 Lespetitsbonheurs

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now