Je t’aimerai sûrement demain

Après-midi d’octobre gris

Je fais partie de la génération de la procrastination.

L’ère des “je ne suis pas prêt à m’engager maintenant”, des “on va peut-être se retrouver plus tard quand on sera plus vieux “, et des “j’ai encore trop de choses à vivre”.

J’aime que l’on puisse être aussi naïfs avec autant de fierté.

Ce phénomène de remettre à plus tard tend à rendre nos relations inertes.

La procrastination peut être à la fois cause de désordre ou, à son opposé, de perfectionnisme. Il y a ceux pour qui, l’esprit est tellement à l’envers qu’ils sont moins disposés à s’impliquer, mais qui se lancent quand même tête première dans le premier autre foutoir qui croise leur route.

Puis, il y a ces adeptes de l’ordre qui, à force de trop vouloir bien faire, finissent par ne rien faire du tout.

Moi je crois qu’au final, ce fléau repose plutôt sur une peur d’échouer. Un manque d’envie ou de volonté peut-être.

C’est plus facile d’ignorer , d’abandonner. Plus facile de passer au prochain appel et d’y errer un peu, tant et aussi longtemps que ça ne nécessite pas trop d’efforts.

C’est ça notre réalité. Celle que nos parents n’ont pas connu, et encore moins leurs parents à eux.

La facilité d’accès à tout, en tout temps.

La consommation rapide.

On se magasine un partenaire temporaire à travers une illusion de la perception qu’on veut bien avoir de notre prochain candidat. Et bien souvent se croisent en même temps deux âmes écorchées qui oublient de s’aimer, le coeur encore brisé d’un amour inachevé. […]

Parfois je me demande si je suis trop ambitieuse à rêver encore d’amour ? Le grand, le vrai. Celui qui dure pour de bon. Simple et léger, jamais compliqué. L’amour qui fait rire, qui comprend, qui est doux et patient. Celui qui te donne envie de te retenir de cligner des yeux tellement c’est beau et bon parce que tu ne veux pas en rater une seule seconde. Parce que tu as un peu peur aussi de découvrir que ce n’était qu’un rêve. Un sacré beau rêve.

Mais il y a aussi quelque chose de beau dans l’incertitude, l’avantage de nous faire apprécier encore plus les petits bonheurs partagés avec notre bien-aimé.

© 2020 Lespetitsbonheurs

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now