Rencontres éphémères


J’ai finalement décidé de quitter le restaurant où j’avais été engagée. Je m’ennuyais, seule dans un recoin éloigné de toute forme d’activité. Il ne m’aura pas fallu très longtemps avant de déceler cet inconfort qui pesait en moi, je n’étais définitivement pas bien à cet endroit. J’ai donc refait mes valises pour la énième fois, et trois jours plus tard, j’étais de retour à la case départ. « Au moins, j’aurais essayé » me suis-je rassurée, en essuyant du revers de la main,une inoffensive culpabilité. J’ai tout de même eu le privilège de rencontrer des gens absolument sympathiques lors de mon court passage au Flynn’s. Les Australiens savent faire preuve d’une courtoisie hors paire qui s’avère des plus appréciées. De leur accent prononcé, j’ai noté que chacun de mes gestes était gratifié de « thank you, cheers, please, thank you again » emphasés. Tous mes sourires m’ont été rendus avec la plus belle authenticité . Mais faute de stimulation, il me fallait vite passer à l’action.

Je gîte donc de nouveau dans une auberge jeunesse, le temps de m’enligner. J’essaie de me convaincre que c’est le meilleur moyen pour moi de rencontrer, mais je dois avouer que je me sens intimidée. Avant de repartir pour Montréal, mon ami Mathis m’a défié d’approcher un inconnu par jour et d’engager une discussion en toute simplicité. Je peux affirmer indéniablement qu’il est fascinant d’échanger avec d’autres âmes qui ont voyagé. Je me préoccupe sincèrement de ce que ces visiteurs ont à raconter. Je serai éternellement attendrie par le scintillement des étoiles qui brillent dans les yeux de ceux qui veulent bien me narrer leurs récits.

Parallèlement, une étrange sensation de chagrin arrive à se frayer chemin. Un subtil pincement à chaque aurevoir, une difficulté à accepter les relations provisoires. Ce qui créer ce sentiment de solitude amplifié même en existant dans une grande proximité. L’éphémérité me fait horreur car j’ai le coeur accrocheur. Ainsi, chaque rencontre court vers l’éventualité de s’éparpiller. Deux êtres qui se cognent et risquent de ne jamais se retrouver. Je consomme alors à pleine capacité,la singularité de chaque croisée dans l’unique intention de m’enrichir des instants partagés.

© 2020 Lespetitsbonheurs

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now